L’aide aux groupements féminins

Le moulin à grain

En 2002, le projet initial des 10 amis qui ont fondé l’association était la construction d’un moulin à grain. Ce qui paraissait une priorité pour les « Nassara » (les blancs), ne l’était apparemment pas pour les villageois, puisque le moulin n’a été réalisé, à leur demande, qu’en 2009 !

« Le moulin a changé notre vie », disent les femmes qui passaient auparavant plusieurs heures par jour, à piler le mil. « Nous avons plus de temps pour nous occuper de nos enfants ».

Depuis la mise en service du moulin le 1er août 2009, beaucoup des femmes des 4 villages viennent faire moudre leurs céréales (sorgho, petit mil, maïs et restes de tô séchés.)

Hansina-Domba a mis en place un comité de gestion du moulin, composé de 7 membres, dont un homme (le meunier) et 6 femmes.

Le coût de mouture au moulin, représente le contenu en céréales, de la boîte de tomate (unité de mesure populaire d’environ 2 kg). Sa valeur est d’environ 50 CFA (environ 8 cts d’euro).

Financement engagé : 2 350 €

  • Construction du bâtiment
  • Achat du moulin

Irrigation par le procédé de goutte à goutte de l’espace maraîcher  exploité  par le groupement féminin de Gorguel.

Le jardin maraîcher scolaire, cultivé par les femmes  depuis 2011 a été agrandi à un hectare, en 2014  grâce au soutien financier d’ASSS. Cette extension a nécessité 11 jours de travaux des villageois avec l’appui d’un technicien.

Chaque année, les femmes « maraîchères » ont augmenté leur production (choux et oignons essentiellement) dont une bonne partie a servi à l’autoconsommation au sein des familles, l’autre partie ayant été vendue.

A la demande du groupement féminin d’Hansina Domba, avec l’objectif de lutter contre l’insécurité alimentaire et la malnutrition, A.S.S.S. soutient le projet innovant d’irrigation  par goutte à goutte de l’espace maraîcher du village de Gorguel.

Il consiste,  à irriguer 5000m2. Une pompe activée à l’énergie solaire, monte l’eau dans un réservoir (château d’eau), pour être ensuite distribuée goutte à goutte par des tuyaux répartis sur la surface à cultiver.

 

Le projet est devenu réalité en mars 2017 pour un coût de 40 000€  comprenant sa réalisation, la formation des usagés et des  techniciens chargés de la maintenance et  la gestion.