Le Burkina Faso

La géographie

Le Burkina Faso, anciennement Haute-Volta, est un pays d’Afrique de l’Ouest sans accès à la mer. Ses habitants sont les Burkinabè.

Le Burkina Faso est limitrophe de six pays. Le Mali au nord, le Niger à l’est, le Bénin au sud-est, le Togo et le Ghana au sud et la Côte d’Ivoire au sud-ouest. Ancienne colonie française, la Haute-Volta obtient son indépendance en 1960. Le nom actuel du pays, Burkina Faso, date du 4 août 1984. Il signifie la patrie des hommes intègres en langues locales. C’est une combinaison dans deux langues principales du pays (le mooré parlé par les Mossi, ethnie majoritaire du Burkina et le bamanakan ou « langue des Bambara » ou des Dioula, parlée dans la sous-région ouest-africaine). Burkinabè qui désigne l’habitant (homme ou femme) est en foulfouldé, langue parlée par les Peuls, peuple d’éleveurs nomades également présents dans de nombreux pays d’Afrique de l’Ouest.

Le Burkina Faso possède deux grands types de paysages :

  • La plus vaste partie du pays est couverte par une pénéplaine. Elle forme un relief très légèrement vallonné avec, par endroits, quelques collines isolées, ultimes vestiges d’un massif du précambrien.
  • La partie sud-ouest du pays forme un massif gréseux. On y trouve le point culminant du pays : le Ténakourou (749 m). Le massif est limité par des falaises très escarpées pouvant atteindre 150 m de haut.

L’altitude moyenne est de 400 m et le différentiel entre les deux points extrêmes ne dépasse pas 600 m. Le Burkina est donc un pays plutôt plat, avec quelques accidents de terrain localisés.

Le pays devait son ancien nom de Haute-Volta aux trois cours d’eau qui le traversent :

  • le Mouhoun (anciennement Volta Noire),
  • le Nakambé (Volta Blanche,
  • le Nazinon (Volta Rouge). Le Mouhoun est le seul fleuve permanent du pays avec la Comoé qui coule au sud-ouest.

Le bassin versant du Niger draine également 27% de la surface du pays. Ses affluents (le Béli, le Gorouol, le Goudébo et le Dargol) ne coulent que 4 à 6 mois par an mais peuvent produire de fortes crues.

Le pays possède également de nombreux plans d’eau. Les principaux sont les lacs de Tingrela, de Bam et de Dem et les grandes mares d’Oursi, de Béli, de Yomboli et de Markoye.

Le manque d’eau est problématique, surtout au nord du pays.

Le climat : Le Burkina possède un climat tropical avec deux saisons très contrastées : la saison des pluies avec des précipitations comprises entre 600 mm et 900 mm et la saison sèche durant laquelle souffle l’harmattan, un vent chaud et sec, originaire du Sahara. La saison des pluies dure environ 4 mois, entre mai-juin et septembre, sa durée est plus courte au nord du pays.

On peut donc distinguer trois grandes zones climatiques :

  • La zone sahélienne au nord du pays : moins de 600 mm de pluviométrie par an et amplitudes thermiques élevées (15 à 45 degrés).
  • La zone soudano-sahélienne entre 11°3’ et 13°5’ de latitude Nord. C’est une zone intermédiaire pour les températures et les précipitations.